LES REDUCTEURS DE TETES

Publié le par Ladd

jivaros.jpg
Popularisés par la littérature d’exploration et d’aventure, en raison de leur technique de réduction des têtes, les indiens Jivaros font partie, aujourd’hui encore, des peuplades les plus sauvages d’Amérique du sud.

 

La sinistre réputation des Jivaros ne date pas de leur rencontre avec les blancs, puisque les Incas eux-mêmes les craignaient déjà. Non contents d’être de féroces combattants, ceux-ci décapitent leurs ennemis vaincus et réduisent leur tête jusqu'à ce qu’elle ne soit pas plus grosse que le poing.

Les incas finissent par gagner la guerre mais ne parviennent pas à soumettre complètement les Jivaros qui font désormais partie d’un petit groupe de cultures linguistiquement isolé. Ils vivent surtout de la chasse, de la pêche et de la cueillette.

 

Le grand guerrier est celui qui tue le plus d’ennemis. De chaque victoire il conserve un témoignage : une tête décapitée, puis réduite appelée tsantsa. Elle vise à faire en sorte que l’esprit du mort (muisak) ne revienne pas se venger de son meurtrier. Pour y parvenir, le guerrier qui a tué un ennemi doit accomplir un rituel complexe destiné à emprisonner l’âme du mort dans sa propre tête.

 

L’opération durera plusieurs jours, les paupières sont cousus pour que le mort ne puisse voir ce qui l’entoure, la peau racornie est teinte en noir afin que l’esprit du mort soit à jamais plongé dans l’obscurité. Les os du crâne, préalablement enlevés, les yeux et les dents sont jetés en offrande aux anacondas des rivières. Le tsantsa est enveloppé dans une toile puis conservé et le guerrier ne ressort la tête que pour la porter autour du cou lors des fêtes. Il n’a plus rien à craindre de la tête ou le muisak est définitivement enfermé. 

 

La fabrication des tsantsas :

Sans-titre.JPG

La tête est d’abord dépouillée de sa peau. Pour cela, le guerrier jivaro pratique une incision verticale au dessus de la nuque puis on sépare le cuir chevelu du crâne.

 Ensuite, la peau est bouillie de telle sorte que les cheveux ne tombent pas. Le préparateur attend qu’elle ait réduit de moitié puis la retire de l’eau et la met à sécher. Après avoir gratté soigneusement la surface intérieure du derme, il coud les paupières et l’incision pratiquée au départ, de manière à ce qu’il ne subsiste plus que l’ouverture du cou tranchée et de la bouche.

Il introduit des galets brûlants qu’il fait rouler à l’intérieur pour que la tête ne se déforme pas au fur et à mesure que la peau se rétracte.

On brûle ensuite les poils du visage et on ligature la peau du cou avant de verser du sable chaud par la bouche pour achever le rétrécissement de la tête. Le sable refroidi est alors vidé, la peau teinte en noir et les lèvres cousues. Le tsantsa, désormais, n’est pas plus gros que le poing. L’ensemble de l’opération a pris 6 jours.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CRESPO 14/02/2011 00:04


Une curiosité que je viens de voir ce soir à la télé et voulant en savoir plus sur internet, je suis arrivé à ton blog.
Une question, c’est bien en Ecuateur qu’il y a encore de réducteurs de tête ?
En ce qui me concerne j’ai aussi 2 blogs chez OB, un qui traite de quelques voyages que j’ai réalisés et l’autre sur les bannières et les animations pour les blogs et sites.
Au plaisir de te lire


aranel 30/06/2007 13:17

et bon appétit bien sur!!!bonne idée ce blog