LE TRIANGLE DES BERMUDES

Publié le par Ladd

cartebermu.jpg

Les disparitions en mer ont depuis toujours été nombreuses et elles sont généralement explicables, à défaut d’être toujours expliquées. Mais, s’il est un endroit ou les conditions des drames survenus demeurent encore obscures, c’est bien dans ce que l’on nomme « le triangle des Bermudes ».

 

C’est en 1964 que le journaliste américain Vincent Gaddis emploie pour la première fois dans un article l’expression « triangle des Bermudes » qui désigne désormais la région située entre la Floride, les Bermudes et Porto Rico. Ce triangle ou des centaines d’avions et bateaux se sont évanouis apparemment sans laisser de trace.

 

Le 5 décembre 1945, cinq avions torpilleurs Avenger, formant le vol 19 et équipés d’un matériel de navigation sophistiqué, quittent la base de fort Lauderdale en Floride pour une mission de routine. Tout se déroule nomalement, mais au bout d’une heure et demie de vol, le lieutenant Taylor informe avec inquiétude à la tour de contrôle qu’ils sont perdus et ne peuvent distinguer la surface de l’océan. La tour demande aux appareils d’aller vers l’ouest, mais la réponse de l’officier est encore plus surprenante que la première : « Nous ne savons pas ou est l’ouest. Tout est faux, étrange. Nous ne sommes sur d’aucune direction. Même l’océan ne semble pas comme d’habitude. »

Après un contact radio interrompu,  un hydravion bimoteur est envoyé au secours des appareils, mais il disparaît à son tour. Six avions et 27 hommes se sont ainsi évanouis en quelques heures sans qu’aucune explication rationnelle soit apportée par la commission d’enquête de la marine ni par diverses révélations ultérieures.

 

Si le vol 19 demeure le cas le plus célèbre, il n’est cependant pas isolé de la liste des victimes du triangle des Bermudes. De 1945 à 1975, trente sept avions, plus d’une cinquantaine de bateaux et même un sous marin atomique, avec tout leur équipage, se sont évaporés sans raison apparente et sans qu’aucun débris ni corps aient été retrouvés.

En 1918, le Cyclop, un charbonnier de la marine américaine disparaît avec plus de 300 hommes d’équipage.

Fait étrange, à l’exception du vol 19, les victimes n’envoient jamais de SOS. Bien au contraire, elles affirment souvent peu avant le drame que la traversée se déroule tout à fait normalement. Un exemple avec l’avion de transport DC 3 qui, à 30 milles de Miami, informa la tour que tout va bien et qu’il attend les consignes pour atterrir, avant de disparaître…

 

Beaucoup de témoignages font références à des événements inhabituels tels que la panne totale des équipements de bord, des phénomènes visuels incompréhensibles ou des observations de curieuses lumières. Le remorqueur Good News en 1966 est subitement entouré par un brouillard épais et secoué par des eaux houleuses. Le compas et les instruments électriques commencent aussitôt à se détraquer. Or, dès que le navire sort de la brume, le temps est clair, la mer est devenue calme et les instruments fonctionnent à nouveau nomalement.

Le mystère du grain blanc est sur le point d’être résolu suite au crash d’un avion en 1975. Ce jour là, une rafale descendante se produisit juste au moment où l’avion survolait l’aéroport. Elle entraîna une violente turbulence atmosphérique.
Quelques secondes plus tard, l’avion s’écrasait.

On appelle ce vent violent « rafale descendante ». C’est en fait une véritable avalanche d’air qui tombe d’un coup d’un nuage.
Le vent qui peut être supérieur à 300 km/h souffle avec une violence destructrice. Le phénomène ne dure jamais plus de quelques minutes et ressemble beaucoup au grain blanc décrit par les marins.
L’étude a abouti sur la preuve que ce phénomène se produit aussi en mer.

 

Sous l’effet du soleil, l’énergie thermique des eaux s’élève dans l’atmosphère et entraîne la formation de cumulo nimbus au-dessus de l’archipel des Bermudes et jusque dans le golf du Mexique.
Les plus gros de ces cumulo nimbus emmagasinent une vaste énergie thermique provenant de la mer.

On sait aujourd’hui que ce sont ces cumulo nimbus qui provoquent les rafales descendantes.

Si les rafales descendantes peuvent faire chavirer n’importe quel navire, même les plus gros, elles ne peuvent pas provoquer une explosion.
Curieusement, c’est un accident sur une station de forage pétrolière qui permit d’établir une hypothèse assez fiable.

Lors d’un forage, une explosion eut lieu et un incendie ravagea la station. On se rendit compte que d’importantes quantités de méthane échappées du sous-sol marin étaient remontées à la surface pour s’enflammer.
Tout ce gaz qui remonte en bouillonnant peut sans problème renverser une plate forme pétrolière.

D’après les scientifiques, voilà le scénario qui a aboutit à la disparition des avions:

  1. Dans le plateau continental, à plus de 500 m de profondeur, à une température inférieure à 5°C, l’hydrate de méthane reste stable
  2. Quand le fond des mers se fragmente sous l’effet d’un séisme par exemple, d’importantes quantités de méthane s’échappent
  3. L’hydrate de méthane remonte à la surface de l’eau en bouillonnant

Un bateau peut se retrouver prisonnier de cette mer en ébullition. Il perd sa flottabilité et coule.

Quand ces importants volumes de méthane atteignent la surface de l’eau, le gaz, plus léger que l’air, monte dans l’atmosphère. Quand le moteur de l’avion entre en contact avec le méthane, le gaz s’enflamme et l’appareil explose.

Le mystère du triangle des Bermudes continue à fasciner et la science ne peut pas tout prouver par fautes de preuves tangibles (le gaz ne laisses aucune trace), même si les phénomènes atmosphériques, que l'on commence tout juste à comprendre, en sont certainement la cause.

traingle-002.jpgUne rafale descendante

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

amy 25/01/2015 22:26

merci! je sais que tu ne probalement pas regarder cela parce quil est 7 ou 8 ans apres mais merci beaucoup!

Mïlïe 20/07/2007 05:48

Bibi coucou!! ça n'a aucun rapport avec la choucroute mais j'ai vu qu'il n'y avais pas de com sur cet article alors je me suis dit pourquoi pas. J'ai trouvé un blog sur la magie bien délire alors je ta file le lien : http://la-coupe-de-cristal.over-blog.com/ la créatrice a pris comme pseudo "Absinthe". Bisous